Skip to content

Mes arbres causent des dégâts,
Je suis assuré,
Mais pourquoi je paierai quand même ?

Qu’il s’agisse de chutes de branches ou même du déracinement complet d’un arbre, les dégâts sont souvent impressionnants. Mais qu’ils fassent des dégâts chez vous ou vos voisins, à qui revient-il de payer la facture ? et à quel montant s’élève-t-elle?

En matière d’assurance et de dégâts liés aux arbres, on se perd vite dans la jungle de la littérature spécialisée. Pas toujours très claire, avec une infinité d’exceptions et surtout un parti pris : vendre des assurances !

Et pourtant, même avec une très bonne assurance, on peut devoir prendre à ses frais tout ou partie des coûts !

On oublie souvent que l’assurance n’est que la deuxième partie du problème, celle qui intervient après les dégâts, alors que le mal est déjà fait. Sécuriser ses arbres, avant l’accident, c’est aussi sécuriser son portefeuille en évitant les mauvaises surprises en cas de problème.

Le vieil adage “Il vaut mieux prévenir que guérir” vaut aussi ici. Car s’il est toujours préférable d’être bien assuré, cela ne signifie pourtant pas ne pas payer…

Les deux impératifs pour faire marcher son assurance

1 / Le cas de la “tempête”

Il faut bien distinguer les “tempêtes” (gros coups de vent) des “catastrophes naturelles” (Comme Lothar en 1999). Les catastrophes naturelles sont décrétées par Arrêté interministériel, sans que les assureurs n’aient leur mot à dire, dans ce cas là, théoriquement : “tout va bien”.

Tout se complique dans le cas de simples “tempêtes”. Sur le papier, la totalité des contrats d’assurance habitation (multirisques habitation MRH) incluent une garantie tempête ( ou TGN pour Tempêtes, Grêle, Neige ). Cette garantie prend notamment en charge les dommages liés à vos arbres.

Mais, il revient aux assureurs de définir, dans leurs contrats d’assurances, les conditions de mise en œuvre de cette garantie !

Ainsi, pour être reconnu en tant que “tempête”, votre assureur peut exiger que le vent ait atteint une certaine intensité ou qu’il ait endommagé d’autres bâtiments de bonne construction dans votre commune ou celles avoisinantes. Par exemple, un contrat MRH peut stipuler que pour que la garantie tempête soit mise en place, le vent ait atteint une vitesse de 120 Km/h pendant au moins 30 minutes et qu’au minimum deux autres habitations de votre commune aient subies des dégâts…

Quoi qu’il en soit, c’est souvent à vous d’en apporter les preuves (par exemple en demandant une attestation à la station météo la plus proche).

Bref, c’est pas toujours gagné…

2 / L’entretien régulier de votre arbre

Elagage forme

Pour pouvoir faire marcher vos assurances, vous devez pouvoir prouver que votre arbre est régulièrement entretenu par un professionnel. L’absence d’entretien est considérée comme une négligence et vous fait porter seul la responsabilité de l’accident (comme si vous aviez un accident de voiture sans contrôle technique à jour).

Pour qu’il soit reconnu comme étant “entretenu” votre arbre doit pouvoir justifier le passage (et l’intervention si nécessaire) d’un élagueur professionnel reconnu. L’entretien régulier doit être effectué, au minimum, tous les deux ans.

Attention, en cas de modification récente de l’intégrité de votre arbre n’ayant pas induit d’entretien supplémentaire, votre assureur peut considérer que votre arbre n’est pas entretenu. Par exemple si la foudre s’est abattue sur votre arbre il y a six mois et que vous n’avez pas fait intervenir d’élagueur depuis 1 an. Dans cette exemple, votre assureur peut faire valoir un cas de négligence et établir que votre arbre n’était pas entretenu.

Pourquoi vous paierez quand même ?

Vous aurez forcément à payer. Cela peut être dû à une couverture imparfaite, sans extension de garantie par exemple, vos éléments de jardin sont exclus de votre couverture.

Les MRH de base ne couvrent pas les éléments de jardin et autres structures extérieures, en cas de dommage à votre piscine, votre serre ou encore votre super barbecue tout neuf et hors de prix, vous ne serez pas indemnisé, sauf à avoir souscrit à des extensions de garantie !

Et même si vous faites partie des plus prévoyants et que vous avez cumulé les extensions de garantie, le débitage et l’enlèvement du bois restera à vos frais !

Imaginons : un noyer s’abat sur votre jardin en détruisant votre serre et votre potager. Vous pouvez justifier d’une situation de “tempête” ainsi que d’un entretien régulier de votre arbre à votre assureur. Vous avez une extension qui couvre les dégâts subit par votre serre. L’enlèvement du noyer quant à lui reste à vos frais ! Vous devrez prendre entièrement à votre charge le débitage et l’évacuation du bois, comptez selon les cas de 200€ à 1500€ voire bien plus dans les pires situations (nécessité de faire intervenir des gros engins comme une grue par exemple).

Faites diagnostiquer votre arbre gratuitement et évitez de payer !

Même s’il est très important de porter une grande attention à ses différents contrats d’assurance et ses éventuelles extensions, n’oubliez pas qu’en matière de risque, la prévoyance et l’anticipation sont primordiales !

La meilleure façon d’éviter les accidents et de préserver son budget c’est d’entretenir régulièrement ses arbres et d’y être attentif. Un arbre en bonne santé, entretenu et sécurisé n’a que très peu de chance de causer des dommages (sauf conditions climatiques exceptionnelles !).

Un doute ? Une question ? N’hésitez pas et faites appel à l’expertise de professionnels. La plupart des élagueurs professionnels, comme Holy Élagage, proposent des diagnostics complètement gratuits. 

Faites faire un diagnostic général de vos arbres et sécurisez vos biens et vous tout en vous assurant de préserver votre budget !

Les diagnostics gratuits
HOLY Élagage

Le déplacement jusqu’à vous et le temps passé à évaluer les risques sont totalement gratuits. Le diagnostic se fait avec vous, HOLY Élagage précise les points de vigilance, vous conseille et vous explique les risques liés à votre arbre. Si le diagnostic révèle un besoin d’intervention ou de sécurisation de l’arbre, HOLY Élagage peut vous proposer un devis, lui aussi gratuit. A vous de choisir de réaliser ces travaux ou non...

A bientôt dans vos jardins,

Olivier d’HOLY Élagage

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le bois raméal fragmenté

bon à savoir

Le Bois Raméal Fragmenté (BRF) est un mélange non composté de résidus de broyage de rameaux de bois, issu majoritairement d’arbres feuillus. Il est le produit du passage des résidus de taille d’élagage dans un broyeur.
Le BRF est excellent pour vos potagers, il améliore très nettement la qualité des sols et permet de mieux conserver l’humidité et de réduire les arrosage et la consommation d’eau, il limite également drastiquement la prolifération de mauvaises herbes.
100% Naturel, il est tout à fait adapté à l’agriculture biologique. 

Le bois de chauffage

bon à savoir

Si vous possédez une cheminée ou un poêle, conserver le bois issu d’une taille ou d’un abattage pour votre consommation personnelle est un excellent moyen de réutiliser le bois coupé.
Attention cependant, toutes les essences ne se valent pas !
Grossièrement, on regroupe généralement les différentes essences de bois en 3 catégories, de la meilleure à la moins optimale.

  • * les feuillus durs : chêne, charme, orme, hêtre, frêne, et érable
  • * les intermédiaires : châtaignier, acacia, merisier et arbres fruitiers divers
  • * les feuillus tendres et les résineux : peuplier, bouleau, platane, épicéa, sapin, pin, mélèze
  •  

En fonction de votre appareil, certaines essences sont à privilégier, n’hésitez pas à nous en parler lors de notre intervention
N’oubliez pas que quel que soit l’appareil de chauffage utilisé, il vous faudra privilégier le bois sec, voire très sec. Un bois encore humide fournit deux fois moins d’énergie qu’un bois sec et encrasse plus rapidement les installations. Le bois s’en trouve donc gâché, et les risques d’incendies et d’intoxication augmentent au moins autant que vos frais d’entretien…
Pour un séchage optimal, comptez deux ans à deux ans et demi de repos…

Travaux en accès difficile

bon à savoir ?

Qu’il s’agisse de travaux d’élagage ou d’abattage en accès difficile ou pour préserver des zones sensibles se trouvant à proximité des chantiers, HOLY Élagage est en mesure de proposer des prestations adaptées à tous les types de chantier.

L'abattage

Il existe deux types d'abattage :

L’abattage direct

Ce type d’abattage est idéal lorsque la zone d’intervention le permet, le terrain doit être suffisamment grand pour éviter tous risques aux personnes et aux biens.

L’abattage par démontage

L’abattage par démontage consiste à “découper” l’arbre, morceau après morceau.
Un abattage par démontage peut se faire à l’aide d’une nacelle de levage, ou par le biais de techniques de grimpe, dans les deux cas, la mise en place de système de rétention des branches et morceaux de tronc est garante de la sécurité et de la préservation de l’environnement proche.

Le haubanage

Qu'est-ce que le haubanage ?

Le haubanage est une technique de sécurisation d’un arbre, non traumatisante pour celui-ci, et qui protège et maintient l’architecture de l’arbre,dont la structure est fragilisée. Le haubanage consiste à retenir, par des câbles, les branches fragilisées ou l’arbre, penchant dangereusement. La technique de haubanage est utilisée lorsque le risque de rupture mécanique est élevé, afin d’éviter d’abattre un arbre. Elle repose sur :

  • * le haubanage des branches entre elles, permettant de soutenir la branche fragilisée et limiter l’effet du vent,
  • * le haubanage de l’arbre, par fixation sur des points d’ancrages solides aux abords, permettant de maintenir vertical le port de l’arbre.

Les tailles de formation

Dans quels cas réaliser une taille de formation ?

Il s’agit de l’ensemble des tailles liées à la structure générale de l’arbre. Ces tailles visent à travailler une esthétique particulière, optimiser l’intégration paysagère de l’arbre dans son environnement, favoriser les entrées de lumière ou encore dégager des points de vue obscurcis par la pousse de l’arbre.

Les tailles de cohabitation

Dans quels cas réaliser une taille de cohabitation ?

Arbre fragilisé, dont la pousse des branches ne permet pas d’assurer l’intégrité physique de l’arbre.

Cas n°1 :

Arbre fragilisé, dont la pousse des branches ne permet pas d’assurer l’intégrité physique de l’arbre.

Arbre situé en zone à risque : à proximité d’habitations, de lieux de passage de personnes, de câbles ou de tout autre espace privé ou public où il est susceptible d’y infliger des dégâts

Cas n°2 :

Arbre situé en zone à risque : à proximité d’habitations, de lieux de passage de personnes, de câbles ou de tout autre espace privé ou public où il est susceptible d’y infliger des dégâts

Les tailles sanitaires

Dans quels cas réaliser une taille sanitaire ?

La taille de restructuration vise à redonner forme à des arbres délaissés, dépérissants ou mutilés. Elle doit tendre à redonner progressivement une forme structurée compatible avec les modalités de taille d’entretien courant et être compatible avec un fonctionnement équilibré de l’arbre.

Cas n°1 : L'arbre non entretenu

Elagage forme
Arbre non entretenu alourdi par de nombreuses branches mortes

Cas n°2 : L'arbre parasité

Arbre attaqué par des champignons
Arbre attaqué par des nuisibles

Une urgence élagage ?

Contactez-moi par téléphone 7j/7

06 49 66 63 62

Nous trouverons un créneau dans les meilleurs délais

Besoin de mes services ?

Laissez-moi vos coordonnées et je vous contacterai le plus rapidement possible.